Week-end au vert : notre hot-list de maisons provençales

Typiques, bohèmes, classiques ou encore contemporaines : les maisons d’hôtes sont une bonne alternative pour se ressourcer au soleil. Découvrez nos adresses confidentielles, 100% provençales. 

Crédit photo : Caro Cuinet Wellings

 

La maison Mastrorelli

Dans l’arrière-pays cannois, entre Grasse et Saint-Paul-de-Vence, se cache une ancienne auberge-relais des plus charmantes : la maison Mastrorelli. C’est Céline, ex autrice-compositrice-interprète et maîtresse des lieux, qui nous reçoit, le sourire aux lèvres.
Le lieu est enchanteur et sent bon les vacances. 2000 m2 de jardin bordés d’oliviers centenaires, de bassins et de parasols blancs. Je suis sous le charme.

À l’intérieur, la bastide méditerranéenne de 240m2 joue la carte de la convivialité. Les matériaux bruts et authentiques prédominent : tomettes, niches en chaux blanche à l’esprit troglodyte, vaste cheminée en bois sculptée... réveillées par quelques touches ocres.

Mon coin préféré ? La salle de bains en forme de voûte, minérale et confidentielle.

Aucun doute : tout est fait ici pour déconnecter. La télévision est inexistante (seule la musique est bienvenue), la cuisine familiale, toute de verte vêtue, donne envie de se mettre aux fourneaux, les quatre chambres de la bastide jouent la carte de l’ultra-confort (murs en pierre peints à la chaux, objets artisanaux, baignoire-bassin, kimonos en chanvre naturel), le barbecue d’été invite à se retrouver... Comment ne pas craquer ?


Crédit photo : Caro Cuinet Wellings

Crédit photo : Caro Cuinet Wellings

Crédit photo : Caro Cuinet Wellings

Crédit photo : Caro Cuinet Wellings

Crédit photo : Cassandre Caly

Crédit photo : Caro Cuinet Wellings

La maison Rousse 

Second stop à la maison Rousse, superbe mas provençal aux jolis volets verts, entièrement rénové. Justine, Julien et leurs deux enfants - Elia et Malo - ont emménagé dans cette maison du « bonheur » en juin 2017, après de longues années parisiennes.

Dès le portail franchi, on se dit qu’ils ont bien fait ! Entourée de pins, de poiriers et d’oliviers, la demeure et ses vieilles pierres - datant du 19ème siècle - nous chuchotent qu’il est (grand) temps de lever le pied. Aux abords du jardin, où l’on gambade joyeusement en compagnie des poules et autres chats de la maison, la piscine bordée de pierres naturelles (quartzite du Brésil), invite à prendre l’apéritif les pieds dans l’eau.

À l’intérieur, la maison Rousse - baptisée ainsi en raison de la couleur que prend sa façade de pierres au soleil couchant - dévoile une décoration épurée, mais pleine de cachet : grande tablée boisée, canapé XL, chaises multicolores, murs peints à la chaux, coussin en laine de mouton, banc de jardin rayé...

Un peu plus loin, un gîte indépendant de 70 m2 complète la demeure familiale. C’est la « Petite Maison Rousse », disponible toute l’année. Elle se compose de deux chambres, d’un salon, d’une grande salle de bain et d’une cuisine.

Mon coup de coeur déco ? Le salon peuplé de beaux objets (luminaire Georges Store, tapisserie arc-en-ciel Oyoy Living Design...)

 

Crédit photo : La Maison Rousse

Crédit photo : La Maison Rousse

La maison Acacia

Léa Dominguez et Thomas Lecointe ont encore frappé. Après trois ans à Marseille, le couple a récidivé en achetant une vieille bâtisse du 18e siècle, dans une ruelle typique de la Ciotat.

Articulée sur quatre étages, cette « guesthouse méditerranéenne » accueille les tribus ou visiteurs solo dans l’un de ses quatre studios, où l’on se sent non pas comme à la maison, mais mieux qu’à la maison !

Cette bâtisse justement, immense - plus de 300m2 - dispose d’un confortable salon au rez- de-chaussée, mais aussi d’une jolie cour intérieure ornée d'un vieil acacia, de plantes exotiques et d’oiseaux domestiques... Au dernier étage, se trouve un loft, lieu de vie du couple et de leurs petites filles, Java et India.

Côté décoration, Léa et Thomas ont opté pour un mix de genres, qui leur ressemble : tomettes provençales à l’ancienne au sol, accessoires ethniques au mur, objets chinés et oeuvres d’art, couleurs douces et organiques, photographies de Léa au mur et plaids conçus en collaboration avec La Méricaine. L’esprit nomade du lieu résonne dans chaque pièce.

Le petit plus de la maison ? Chaque chambre est une boutique, il est donc possible d’acheter l’intégralité des objets !


Crédit photo : Léa Dominguez



Crédit photo : Léa Dominguez

La maison de village by Enamoura 

Continuons notre balade direction Saumane de Vaucluse, petit village perché aux rues caladées, surplombé par le Château du Marquis de Sade.

C’est ici que Magali Avignon - la fondatrice d’Enamoura, une collection de bâtisses provençales de caractère - a bâti un véritable havre de paix, baigné de lumière. Une maison de village de 140 m2 - mi-typique mi-contemporaine - où il fait bon lézarder, sans culpabilité.

L’ensemble se compose d’une lumineuse cuisine tout équipée aux poutres boisées, d’un salon, de deux chambres doubles à la décoration blanche & épurée et d’une chambre simple avec sa propre terrasse et salle de bain. Un cabanon indépendant, dans le même style minimaliste, offre deux couchages supplémentaires.

À l’extérieur, le salon d'été sous la tonnelle offre une jolie vue sur la vallée et les Alpilles, tandis qu’un bassin accueille les plongeurs en manque de baignade.

Mon crush déco ? Le linge de lit jaune soleil et les suspensions en fibres naturelles qui apportent cette petite touche bohème pleine de charme.


Crédit photo : Enamoura

 

Crédit photo : Enamoura

 

La bastide de Marie 

Dernier stop et pas des moindres : à Ménerbes, au cœur d’un vignoble ensoleillé. Le Domaine de Marie et ses vingt-trois hectares de vigne s’épanouissent au son des cigales. Ici, aucun doute, le temps s’est arrêté !

Cette élégante maison de famille du XVIIIème - jouxtant les caves du domaine - abrite de beaux volumes : monumentale cheminée, salons XL à l’étage et bibliothèque vétuste... où règne une ambiance rustique-chic, dans la pure tradition provençale.

Chambres et suites aux meubles chinés - chez des antiquaires et des brocanteurs de la région - sont ensuite disséminées sur plusieurs niveaux. Ici pas de numéro sur les portes mais, pour chacune, un univers chromatique - Blanche, Gris de Sauge, Mauve d'Aster, Bleu de Nîmes ou encore Vert Anis - qui se côtoient avec style.

Le décor est résolument poétique ; dans un esprit Shabby chic. Les meubles arborent fièrement des signes d'usure et accentuent ainsi le cachet ancien de la ferme.

À l’extérieur, les terrasses et piscines invitent à la détente. L’une s’avère chauffée pour les plus frileux.

Mon conseil : ne partez pas sans avoir testé la « Roulotte », une chambre nomade spécialement aménagée qui recrée l'ambiance féérique des nuits tziganes ! »


Crédit photo : Stacie Flinner

Crédit photo : Hortense Sadoux

Crédit photo : Brosnan Photographic 

Crédit photo : Hendrick Biegs

Crédit photo : M.P. Morel

Crédit photo : Stacie Flinner

Crédit photo : Stacie Flinner

Crédit photo : Stacie Flinner

Crédit photo : Stacie Flinner

Crédit photo : Stacie Flinner

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés